Non au projet de centre de sport de Bossens

de | 13 octobre 2016

Lettre de lecteur parue dans La Gruyère du 11.10.2016.

A Romont, on taxe tout, même les robinets! Pour parfaire le tableau, le canton va relever de 10% la valeur locative des PPE et des maisons familiales, alors que la commune nous inflige déjà le plus haut taux immobilier licite (3‰).
Or, la planification financière présentée le 6 octobre au Conseil général nous annonce une rafale de problèmes: 73 millions de francs d’investissements entre 2016 et 2020, marge d’autofinancement déficitaire d’ici 2018, cash-flow négatif de 700000 francs en 2019, relèvement du taux d’impôt communal de 3 points en 2018, de 12 points en 2019 ou de 17 (!) points en 2020. Comble de cynisme, on estime que la commune comptera d’ici là 600 nouveaux contribuables!

Non, mais je rêve? Connaissez-vous beaucoup de communes qui attirent les contribuables en augmentant les impôts?
Au vu de cette situation, je suis scandalisée de voir que le Conseil général a accepté un projet de centre sportif de plus de 5 millions de francs juste après avoir entériné un coûteux projet de bâtiment édilitaire – alors qu’on sait, par exemple, que la rénovation de l’EMS de Vuisternens-devant-Romont dépassera de 50% le devis initial. Et dans le même temps, la commune nous assaille de projets délirants: parking souterrain place du Château, déplacement de la gare, etc.

«Notre Romont!» a annoncé un référendum, afin que le souverain puisse se prononcer sur ces investissements excessifs. Je signerai ce référendum, car je me considère comme une citoyenne responsable – et non comme un sujet taillable et corvéable à merci.

Valérie Schenk, Romont

Article original